Übersicht    ENGLISH - FRANÇAIS - ITALIANO    Articles en français  

Nach Stichwort suchen:

Quand on place ses espoirs en de lointaines "élites" plutôt que dans la démocratie

On peut s'en étonner : une majorité des Grecs continue apparemment à vouloir adhérer à l'UE et à l'Euro. Après six ans de récession, un recul de l'activité économique de 26% et un taux de chômage de 27%, une étude du Pew Research Center semble montrer que 69% de la population se prononce pour un maintien de la Grèce dans la zone Euro. Malgré les effets néfastes du système de l'Euro dans de nombreux pays, il semble donc qu’on puisse toujours trouver des majorités favorables à son maintien. En l'absence de sondages sérieux et détaillés, on ne peut que spéculer sur les raisons de cette attitude. Il semble qu'un des motifs soit la façon dont est perçue la crise et l'analyse qui est faite de ses causes. Il faut se rendre compte en même temps que cette analyse est fortement influencée par les médias de masse. Ce qui est aussi important sans doute, c'est la connaissance d’alternatives possibles - et surtout leur absence supposée - et la peur des conséquences imprévisibles dans le cas d'un changement de politique.

par Paul Ruppen

Une raison prépondérante poussant les populations à souhaiter le maintien de l'Euro semble souvent être la méfiance vis-à-vis de l'Etat et des autorités locales. En l'absence d'alternatives crédibles et de perspectives positives, il est facile de placer ses espoirs en `Bruxelles' ou au moins de penser que "Bruxelles" représente le moindre mal. Selon les sondages Eurobaromètre, 19% des Grecs font confiance aux institutions de l'UE alors qu'ils ne sont que 9% à accorder leur confiance à leur propre gouvernement (1).

Il s'agit ici d'un phénomène répandu dans les Etats membres de l'UE. Par exemple : lors de la crise des déchets à Naples en 2011, la population locale espérait que l'UE allait venir à leur rescousse pour résoudre les problèmes. Il n'est certes pas évident comment les autorités bruxelloises pourraient intervenir pour lutter contre la corruption à Naples et le crime organisé local. Les Bulgares espèrent également que "Bruxelles" pourrait les aider dans la lutte contre la corruption de leur propre Etat. Là encore il n'est pas évident de voir comment Bruxelles pourrait précisément éliminer les réseaux de corruption actifs à l'intérieur de l'Etat bulgare (2). Pour comprendre cela, il suffit de changer de perspective. Mettons-nous à la place d’un bureaucrate de Bruxelles. Ce fonctionnaire aura sûrement d'autres préoccupations que d'essayer de comprendre comment les réseaux d'influence fonctionnent dans la ville lointaine de Sofia. Il ne dispose ni des connaissances détaillées ni des compétences pour pouvoir intervenir de façon efficace. L'endiguement de la corruption nécessite un processus de longue haleine visant à changer la culture économique et politique au quotidien. Ce changement ne peut avoir lieu que si de nombreuses personnes - souvent en acceptant des désagréments personnels - s'investissent en ce sens. Ce fait probablement explique pourquoi beaucoup de gens préfèrent placer leurs espoirs dans une aide qui vient de l'extérieur. L'effort personnel, surtout lorsque l'individu se trouve isolé, offre peu de perspectives de succès.

L'espoir que la solution des problèmes personnels vienne d'ailleurs et soit apportée par des gens appartenant aux classes d'élite est un phénomène ancien et très répandu. Les contes de fées font souvent état de la nostalgie du "bon roi". Au Moyen-âge les opprimés plaçaient leurs espoirs dans un empereur lointain qui les libérerait du joug de nobles locaux sans scrupules. Les partis "d'élite" furent à la mode pendant un temps. Et aujourd'hui beaucoup de nos concitoyens attendent la solution de bons juges éloignés sans envisager une action personnelle.

En réalité ce n'est que cet engagement personnel, fourni par de nombreux citoyens, qui peut nous faire avancer. Cet engagement peut être favorisé ou entravé selon les institutions politiques spécifiques en place. Ces institutions sont elles-mêmes issues d'une culture politique correspondante. Il est probable qu'une population active obtiendra la mise en place d'institutions favorables aux formes participatives de la démocratie, alors qu'une population plus passive risque d'être confortée dans sa passivité par des institutions qui renforcent les "élites" qui agissent loin de la population.

Ces réflexions montrent dans quelle mesure le développement de la démocratie directe devrait être une priorité dans toute l'Europe. Un tel développement permettrait aux populations de prendre en main les affaires, de mieux contrôler les "élites" politiques et ainsi d’être moins portées à faire confiance à une aide extérieure. On peut actuellement constater des tendances en ce sens partout en Europe. De nombreux groupements existent aujourd'hui dans plusieurs pays qui prônent une participation plus directe de la population aux décisions importantes. La route vers cet objectif est pourtant longue. Il ne suffit pas que les institutions correspondantes soient mises en place, il faut aussi apprendre à s'en servir. La tendance des "élites" à contrecarrer toute initiative populaire est forte et le restera toujours.

Le développement actuel de l'UE est à la fois favorable et défavorable au développement d'institutions de démocratie directe. D'une part, et malgré une passivité répandue dans les populations, il y a de plus en plus de mouvements de protestations qui essayent d'influencer le cours des choses. Cette situation pourrait permettre aux partisans de la démocratie directe de faire valoir leurs idées. Beaucoup de nos contemporains sont suffisamment éduqués pour ne pas vouloir laisser aux seuls politiques le soin de prendre des décisions et dépenser l’argent du contribuable sans consulter celui-ci.

D’un autre côté la crise de l’UE peut aussi favoriser l’émergence de groupements d’extrême droite. Les partisans de l’extrême droite se prononcent souvent en faveur de la démocratie directe et tendent ainsi à la discréditer. Il y a donc un danger que les institutions anti-démocratiques de l’UE soient défendues par des gens uniquement par réflexe anti-extrême-droite. C’est dommage, car il ne faut pas laisser la défense de bonnes idées à l’adversaire politique, surtout quand celui-ci ne respecte pas vraiment les valeurs démocratiques.

(1) http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/eb/eb79/eb79 fact el en.pdf

(2) voir : http://www.welt.de/politik/ausland/article118431279/Europa-kapituliert-vor-der-Korruption-in-Bulgarien.html.


Weitere Texte zum Themenbereich:

20 ans d'adhésion de l'Autriche à l'UE - un bilan
16.04.2016
25 ans de politique européenne des Verts suisses: Retour aux sources
01.03.2015
Adhésion à l'ONU - oui, mais ...
23.02.2000
Adhésion à l'ONU ou nouvelle loi militaire
10.10.2000
Agriculture : souveraineté alimentaire plutôt que libre échange
07.11.2009
Arguments contre l'adhésion de la Suisse à l'UE
14.02.2001
Contre la militarisation à l’extérieur et à l’intérieur – concept pour une politique conséquente de paix et sécurité
06.04.2009
Corruption au sein de la Commission Européenne
10.10.2000
Disons oui à la Jeunesse - disons oui à l'ouverture - disons oui à l'Europe
23.02.2000
Démocratie directe aux Pays-Bas
15.12.2000
Indépendance ou Empire Européen (Le Non Irlandais à Nice)
08.06.2002
L'autodétermination des peuples - quelques thèses
23.02.2000
L'Europe a besoin de plus de démocratie
08.03.2013
L'Europe écrase-t-elle le dynamisme de ses membres ?
23.02.2000
L'UE - un paradis pour les femmes
23.02.2000
L'UE et les minorités
23.02.2000
L'UE va-t-elle détruire le système dual de formation professionnelle?
13.04.2015
La démocratie directe et l'adhésion à l'UE
23.02.2000
La politique agricole de l'UE et ses effets
23.02.2000
La politique de développement de l'UE
23.02.2000
La politique de l'environnement de l'UE
23.02.2000
La stratégie de Lisbonne : une double révolution
28.02.2006
La Suisse - une brique de la forteresse "Europe"
23.02.2000
La votation irlandaise - Triste journée pour la démocratie en Europe
22.11.2010
Le projet de Constitution européenne: des théories économiques douteuses érigées en normes constitutionnelles
Le rôle de la subsidiarité dans le projet de constitution européenne
28.06.2005
Le traité d'Amsterdam et l'environnement
23.02.2000
Les idées principales de l'anarchisme et la critique de l'Union Européenne
20.01.2014
Les indices de démocratie : une belle farce !
25.02.2013
L’exemple de la directive sur les services
26.06.2006
L’intégration européenne et la montée en puissance des multinationales
29.12.2001
Militarisme comme principe constitutionnel
11.04.2005
Non au libre-échange avec l’Union Européenne !
07.11.2009
Politique étrangère, politique de sécurité et politique de défense de l'UE
23.02.2000
Position de la CPE sur les technologies génétiques
29.12.2001
Pour une Europe de la coopération des cultures
17.02.2017
Quand on place ses espoirs en de lointaines "élites" plutôt que dans la démocratie
01.03.2015
Qui profite de l'UEM
23.02.2000
Schengen - Participation active de la Suisse à la répression dans l'UE
23.11.2008
Souveraineté du peuple et droit international : une contradiction ?
09.11.2015
Souveraineté du peuple et droit international : une contradiction ?
09.11.2015
traité bilatéraux: "se laisser tondre la laine sur le dos"
23.02.2000
traités bilatéraux: Démytifier le traité sur la libre circulation des personnes
23.02.2000
Traités économiques de l’Union Européenne avec des pays du tiers monde
17.03.2008
UE- Echos de Suisse Romande
23.02.2000
UEO, OTAN, UE, PESC et Neutralité
23.02.2000
Une alternative à l'intégration "européenne"
23.02.2000
Une alternative à l'Union Européenne
19.01.2003
Une victoire d’une ampleur inattendue !: Le Non des Suédois a été bien réfléchi
10.09.2004
« Interdiction de minarets, Droits de l'homme et Démocratie»
07.11.2011
« L'expérience norvégienne au sein de l'Espace Economique Européen (EEE) »
07.11.2011
« La démocratie directe rend les gens plus heureux »
08.03.2010
« La nouvelle Europe allemande »
07.11.2011

ffdd.ch
Copyright 1996-2017 Forum für direkte Demokratie.
powered by zumbrunn.com, Chris Zumbrunn, Mont-Soleil, Switzerland.