Übersicht    Dossiers Themenfokus    Landwirtschaft  

Nach Stichwort suchen:

La politique agricole de l'UE et ses effets



de Alex C. Bauert

La politique agricole de l'UE actuelle a pris naissance avec le soutien du secteur agricole après la deuxième guerre mondiale. A l'époque on voulait atteindre le plus vite possible l'autosuffisance dans le domaine des denrées alimentaires. Le but était l'approvisionnement de la population en produits de qualité à bas prix. Les traités de Rome de 1957, la fondation de la CEE en 1958 et les accords sur la politique agricole commune en 1962 s'accordaient sur ce but. La politique des denrées bon marché a causé de graves dégâts écologiques par l'introduction de méthodes de production industrielles (spécialisation, intensification et rationalisation) . L'utilisation massive de la chimie (engrais, pesticides, fongicides) a détérioré la nappe phréatique. Le manque de diversité des cultures, les monocultures et l'utilisation de tracteurs et de machines lourds ont mené à la densification des terres et à l'érosion massive. La fabrication animale très spécialisée et produisant intensivement avec un taux élevé du rapport entre le nombre des animaux et la surface agricole a mené à l'utilisation accrue de médicaments à cause l'augmentation des maladies. Il faut finalement relever que l'agriculture industrielle a provoqué des changements importants du paysage - résultat d'une patique agricole séculaire.

Depuis 1973 la production agricole dans l'UE a augmenté de 2% par année à cause du progrès technique et du progrès de l'élevage, tandis que la consommation de produits agricoles n'a augmenté que de 0,5% par année de 1973 à 1988 (Commission de l'UE, 1991). Dans presque tous les domaines on a produit des excédents massifs. L'essor de la politique agricole de l'UE continue cependant de se fonder sur l'article 39 des traités de Rome, qui statue qu'il faut augmenter la productivité de l'agriculture par le progrès technique, la rationalisation de la production agricole et l'utilisation optimale des facteurs de production.

Aux Etats-Unis on a commencé relativement tôt à supprimer les subventions à l'exportation. Celles-ci servaient à exporter la surproduction. On se rappelle peut-être les exportations légendaires vers l'URSS. On exportait cependant aussi dans le tiers monde. Dans les années 80, l'UE a commencé à concurrencer les Etats-Unis sur ces marchés, ce qui fut l'arrière-fond du débat agricole de l'Uruguay Round dans le cadre du GATT. Les Etats-Unis voulaient forcer l'UE à abandonner complètement les subventions à l'exportation pour avoir de nouveau accès à ces marchés.

Les coûts énormes de la politique agricole communautaire ont mené en juin 1992 à des réformes importantes, qu'on appelle d'après le commissaire de l'agriculture de l'époque "plan Mac-Sharry". Comme les dépenses agricoles s'élevaient en 1991 à 60% du budget de l'UE (54 milliards de francs suisses), des coupes s'imposaient. En plus, l'UE craignait un échec des négociations de l'Uruguay Round. La mesure la plus importante fut la baisse de 33% du prix des céréales, de 15% du prix de la viande de boeuf et de 5% du prix du lait, cette dernière baisse accompagnée d'une diminution des quotas de 1% par année. Les achats d'intervention baisseront en 1997 de 900 000 t à 350 000 t, ce qui amènera une baisse des prix supplémentaire. Sous certaines conditions (abandon de terres, baisse du nombre de vaches, etc), on donnera des paiements complémentaires pour ces baisses massives de prix. On ne peut cependant considérer ces mesures comme des pas dans la direction d'une agriculture plus écologique comme le font souvent les partisans de cette politique. Sur les terres abandonnées on ne peut plus cultiver pour l'alimentation humaine. On peut cependant faire pousser des matières premières selon des méthodes très intensives. Pour la production de telles matières premières il n'y aura plus de limite pour l'utilisation de substances chimiques, puisque ces produits agricoles ne seront pas utilisés dans l'alimentation mais dans l'industrie.

Comparaison de la production biologique entre l'UE et la Suisse

Si l'on compare la directive de l'UE sur l'agriculture biologique avec les exigences du "bouton" en Suisse, on peut constater que ces dernières sont beaucoup plus sévères. Cela est même valable pour les directives biologiques de la Migros qui ont été reconnues par la Confédération. Une différence importante réside dans le fait que l'UE n'exige pas qu'une ferme doive produire biologiquement sur toutes ses terres pour pouvoir vendre des produits avec le label "biologique". Sans cette exigence, le contrôle devient cependant pratiquement impossible.

Il y a des gens comme le conseiller national socialiste et agriculteur biologique Andrea Hämmerle qui préconisent une conversion biologique de toute l'agriculture suisse. L'adhésion de la Suisse à l'UE ouvriraient les marchés nécessaires pour l'écoulement de ces produits de haute qualité. Il estime que le marché biologique communautaire s'élève à 10% - 30% du marché agricole de l'UE. L'Association autrichienne des Paysans de montagne s'oppose à une telle vision. En Autriche il y a aujourd'hui 23 000 paysans biologiques (15% des paysans), plus que l'ensemble des paysans biologiques dans le reste de l'UE (17 000). Malgré ce fait, l'Autriche doit lutter contre une baisse massive des prix depuis l'adhésion du pays à l'UE. Le prix du lait biologique est plus bas que le prix du lait normal avant l'adhésion.

A part le fromage, la Suisse n'a pas de produits agricoles propres à l'exportation. Il y a naturellement des fermes qui trouveront des débouchés, surtout si le producteur a de bons contacts comme par exemple le politicien Hämmerle. Selon le président de la direction de Tonilait, les chances pour l'exportation de produits laitiers sont très faibles. Certaines spécialités comme la tête de moine s'écoulent facilement. Les pays étrangers sont cependant intéressés à acheter des licences, le "know-how" pour fabriquer eux-mêmes ces produits. En Suisse les conditions topographiques et salariales sont beaucoup plus mauvaises que dans la majorité des autres pays de l'UE. C'est pourquoi les paysans suisse ne seront pas compétitifs - ni dans le secteur traditionnel ni dans le secteur biologique.

Pour les paysans suisses, l'adhésion à l'UE apporterait une chute des prix encore plus importante que pour les paysans autrichiens. Même si dans quelques années les prix agricoles en Suisse auront baissé presque jusqu'au niveau communautaire, il ne faut pas se faire d'illusions. En cas d'adhésion, la Suisse va être inondée de produits à bas prix. Celui qui d'un point de vue agricole opte pour d'adhésion de la Suisse à l'UE devrait pouvoir répondre aux questions suivantes: Qui peut assurer que les paiements directs de l'UE et de la Suisse seront garantis à long terme? La Suisse est-elle prête à attribuer ces moyens en se liant juridiquement dans ce sens même si l'UE ne veut plus verser de tels paiements? Quels seront les prix des produits biologiques après l'adhésion de la Suisse à l'UE? Est il bon d'ouvir les frontières à des denrées très bon marché, de favoriser par là le traffic routier? Est-il sensé de transporter des produits biologiques à travers toute l'Europe? Qui achètera les produits agricoles suisses? L'agriculture suisse a-t-elle un avenir?

Weitere Texte zum Themenbereich:

AGECONTROL SpA: Musterknabe oder rechter Arm von Beelzebub?
01.05.1995
Agenda 2000/ Reform der Gemeinsamen Agrarpolitik - eine umweltpolitische Betrachtung
15.05.1998
Agrarfreihandel Schweiz — EU
07.11.2009
Agriculture : souveraineté alimentaire plutôt que libre échange
07.11.2009
Agriculture : souveraineté alimentaire plutôt que libre échange
07.11.2009
Bananendiktat
01.05.1995
Der patentierte Schwensch
29.10.2001
Die Diskussion um das E U-Gentechnik-Moratorium
08.06.2002
Die Größe ist es, die uns umbringt!
01.05.1995
Die neue Europäische Lebensmittelbehörde
29.10.2001
Ein sehr weiter Weg zu den EU-Instanzen
15.05.1998
Freies Saatgut auf der Anklagebank
08.03.2013
La politique agricole de l'UE et ses effets
01.05.1995
Landwirtschaft hilft allen - aber nicht alle helfen der Landwirtschaft
24.08.2001
Non au libre-échange avec l’Union Européenne !
07.11.2009
Position de la CPE sur les technologies génétiques
29.10.2001
Vom Bauernhof zur Agrofabrik - und zurück?
01.05.1995

ffdd.ch
Copyright 1996-2019 Forum für direkte Demokratie.
powered by zumbrunn.com, Chris Zumbrunn, Mont-Soleil, Switzerland.