Übersicht    ENGLISH - FRANÇAIS - ITALIANO    Articles en français  

Nach Stichwort suchen:

« La nouvelle Europe allemande »

En Irlande on peut entendre des protestations violentes contre la mise en place de "l'aide financière" imposée par l'Allemagne. Selon un quotidien irlandais, le "soutien" accordé par l'UE signifie en réalité une mise sous tutelle de l'Irlande. Ainsi la souveraineté irlandaise sur sa gestion intérieure serait suspendue par des mesures qui profitent avant tout aux banques allemandes. En même temps une cure d'austérité sans précédent est imposée aux couches modestes de la société. Le même quotidien met en garde contre le fait que ces mesures ne seront pas acceptées par la société irlandaise. Les cercles dirigeants de l'UE, de leur côté, expriment leur préoccupation quant aux demandes allemandes concernant la gestion de crises financières futures qui pourraient affecter l'un ou l'autre des membres de l'UE. Selon eux, ce sont ces demandes qui seraient à l'origine de la crise irlandaise. Selon le directeur d'un "think tank" influent de Bruxelles on peut entendre, à Bruxelles-même, des remarques sur le gouvernement de Berlin "qu'il vaudrait mieux ne pas imprimer". Même les médias allemands admettent crûment que ce sont des banques allemandes, et non pas l'Irlande, qui sont les vrais gagnantes de l'affaire des "aides financières" de l'UE. On parle de "parachute » - pour les banques allemandes.

dans http://www.german-foreign-policy.com/

Pessimisme exagéré

Les protestations irlandaises proviennent de la manière dont les "aides" financières que l'UE met à disposition du gouvernement irlandais sont mises en place - sous pression de Berlin. Le gouvernement de Dublin avait déclaré pendant longtemps que l'Irlande pourrait se passer d'une aide communautaire. Pendant longtemps aussi les experts financiers ont pensé qu'une telle aide ne serait pas nécessaire. Ainsi les banques d'investissement Goldman Sachs et Barclays Capital étaient de l'avis que les besoins en capitaux des banques irlandaises étaient largement surestimés. Selon Goldman Sachs "nos calculs montrent que les hypothèses du gouvernement irlandais sont extrêmement pessimistes et surestiment de loin les besoins potentiels des pertes bancaires à prévoir" [1]. Malgré ces doutes, Berlin et Bruxelles ont imposé les "aides financières" à l'Irlande, tout en prenant - de fait - le contrôle de la gestion de l'Irlande. Le soutien financier à l'Irlande est conditionné par un plan de restrictions budgétaires sur quatre ans, qui doit permettre d'économiser 15 milliards d'euros - aux dépens de la population irlandaise.

Une parodie de démocratie

Le fait que la gestion intérieure de l'Irlande soit désormais contrôlée par l'UE provoque des commentaires acerbes dans ce pays qui s'est libéré de la tutelle britannique en 1922 seulement. Le quotidien "Irish Times", très lu en Irlande, a remarqué que "ayant obtenu l'indépendance politique de l'Angleterre depuis peu seulement, nous avons maintenant transféré notre souveraineté à la Commission Européenne, la Banque Centrale Européenne et le Fonds Monétaire International". L'Irlande a vu l'arrivée de représentants de ces institutions venus pour inspecter la gestion des finances de l'Etat irlandais [2]. Le même quotidien a commenté la politique d'austérité imposée par Bruxelles en disant que les couches modestes de la population allaient maintenant perdre des services publics qui étaient déjà insuffisants, mais qui leur assuraient un minimum d'espoir et de dignité. En même temps - toujours selon l' "Irish Times" - les 100 milliards d'euros que l'Irlande doit aux banques allemandes et les 109 milliards d'euros qu'elle doit aux banques anglaises seront sauvés - pour les banques qui les ont prêtés [3]. Les élections avancées décidées par le gouvernement provoquent également des commentaires acides : "Organiser des élections après avoir conclu un traité engageant l'Irlande fermement pour les quatre années à venir, c'est comme si pendant la grossesse on discute du type de préservatif qu'on devrait acheter. C'est la parodie d'un choix démocratique". On peut prévoit des manifestations dans les rues de Dublin.

Les profiteurs allemands

La population irlandaise est très remontée contre l'Allemagne - pour deux raisons. D'une part les plus grands créanciers de l'Etat irlandais et de l'industrie irlandaise sont des banques allemandes. Ainsi la Hypo Real Estate de Munich a investi pas moins de 10 milliards d'euros en Irlande. Selon une statistique de la Banque Fédérale Allemande du mois d'août 2010, les créances allemandes en Irlande s'élèvent à 115 milliards d'euros environ. Un banquier allemand de haut rang basé à Francfort concède que "nous profitons du fait que les Irlandais sont obligés de demander de l'argent frais à Bruxelles". Les médias titrent "Parachute de sauvetage - pour les banques allemandes". Ainsi se répète un scénario qu'on a déjà pu voir dans le cas de la Grèce : car déjà le sauvetage de la Grèse a surtout profité aux banques allemandes. Ce sont les banques allemandes, en fait, qui ont de loin le plus investi dans les quatre pays les plus durement touchés par la crise financière - la Grèce, l'Irlande, le Portugal et l'Espagne.

"Sentiments anti-allemands"

On peut constater à Dublin et ailleurs une irritation croissante à l'encontre de la nouvelle domination allemande qui se met en place. Certains experts estiment que le fait que le gouvernement fédéral allemand ait insisté sur la participation d'investisseurs privés à l'aide financière aux états en difficulté aurait exacerbé les difficultés des pays en crise. Ainsi l'attitude de Berlin aurait semé la panique parmi les investisseurs et fait monter la pression sur ces pays. Certains observateurs pensent que la solution envisagée par Berlin va en fin de compte favoriser les Etats qui sont déjà dans la meilleure position - comme l'Allemagne. A Bruxelles on peut entendre que, de ce fait, une atmosphère anti-allemande s'est installée au sein-même de la Commission Européenne . Il paraît que la même tendance se fait sentir dans le Conseil des ministres des finances européens et dans le Parlement européen [5]. Ainsi, en critiquant le comportement hégémonique de l'Allemagne, le ministre polonais pour les Affaires européennes a déclaré que "tous les pays doivent pouvoir contribuer à ce débat et non seulement l'Allemagne". Le directeur du "Centre for European Policy Studies" à Bruxelles commente ces critiques de l'Allemagne par le milieu politique européen en déclarant "ces gens-là ne savent pas résister" [6].

Aux commandes

La presse britannique libérale estime que "à travers toute l'Europe on peut entendre des plaintes sur la nouvelle Europe allemande qui est en train de s'installer". Les seuls qui approuvent cette évolution sont les Scandinaves, les Néerlandais et les Autrichiens. "Les Français ont capitulé alors que les Britanniques se contentent d'un rôle de spectateurs, de moins en moins engagés et presque oubliés [7]. La chancelière allemande est en train de placer son conseiller le plus important pour les affaires européennes sur le poste de secrétaire général du Conseil européen. Elle aurait aussi bien voulu installer le président de la Bundesbank allemande, Axel Weber, sur le siège de la Banque Centrale Européenne. La France est le seul pays qui pourrait arrêter l'Allemagne dans sa démarche, mais elle ne le fera pas. Le directeur du "Thinktank" Centre for European Reform (CER) à Londres s'exprime ainsi: "Les Français craignent l'euroscepticisme allemand, leurs succès sur le plan économique, et le fait que les Allemands pourraient passer des accords avec la Chine et la Russie sans passer par l'Union Européenne - pour cette raison ils vont finir par s'allier à l'Allemagne". Le directeur du CER conclut : "Les Allemands sont à nouveau aux commandes" [8].

[1] Zweifel an hohem Kapitalbedarf irischer Banken; Frankfurter Allgemeine Zeitung 20.11.2010

[2] Was it for this? The Irish Times 18.11.2010

[3] The people must act or we will remain irrelevant. The Irish Times 23.11.2010

[4] Rettungsschirm - für deutsche Banken; www.heute.de 22.11.2010

[5] Irland pokert um seine Souveränität; www.handelsblatt.com 19.11.2010

[6] Anger at Germany boils over; www.ft.com 16.11.2010

[7] Germany aims to take Europe's reins amid eurozone's woes; www.guardian.co.uk 22.11.2010

[8] http://www.german-foreign-policy.com/de/fulltext/57953?PHPSESSID=ql8rbppuap31uvk2fv73gg7376


Weitere Texte zum Themenbereich:

20 ans d'adhésion de l'Autriche à l'UE - un bilan
16.04.2016
25 ans de politique européenne des Verts suisses: Retour aux sources
01.03.2015
Adhésion à l'ONU - oui, mais ...
23.02.2000
Adhésion à l'ONU ou nouvelle loi militaire
10.10.2000
Agriculture : souveraineté alimentaire plutôt que libre échange
07.11.2009
Arguments contre l'adhésion de la Suisse à l'UE
14.02.2001
Contre la militarisation à l’extérieur et à l’intérieur – concept pour une politique conséquente de paix et sécurité
06.04.2009
Corruption au sein de la Commission Européenne
10.10.2000
Disons oui à la Jeunesse - disons oui à l'ouverture - disons oui à l'Europe
23.02.2000
Démocratie directe aux Pays-Bas
15.12.2000
Indépendance ou Empire Européen (Le Non Irlandais à Nice)
08.06.2002
L'autodétermination des peuples - quelques thèses
23.02.2000
L'Europe a besoin de plus de démocratie
08.03.2013
L'Europe écrase-t-elle le dynamisme de ses membres ?
23.02.2000
L'UE - un paradis pour les femmes
23.02.2000
L'UE et les minorités
23.02.2000
L'UE va-t-elle détruire le système dual de formation professionnelle?
13.04.2015
La démocratie directe et l'adhésion à l'UE
23.02.2000
La politique agricole de l'UE et ses effets
23.02.2000
La politique de développement de l'UE
23.02.2000
La politique de l'environnement de l'UE
23.02.2000
La stratégie de Lisbonne : une double révolution
28.02.2006
La Suisse - une brique de la forteresse "Europe"
23.02.2000
La votation irlandaise - Triste journée pour la démocratie en Europe
22.11.2010
Le projet de Constitution européenne: des théories économiques douteuses érigées en normes constitutionnelles
Le rôle de la subsidiarité dans le projet de constitution européenne
28.06.2005
Le traité d'Amsterdam et l'environnement
23.02.2000
Les idées principales de l'anarchisme et la critique de l'Union Européenne
20.01.2014
Les indices de démocratie : une belle farce !
25.02.2013
L’exemple de la directive sur les services
26.06.2006
L’intégration européenne et la montée en puissance des multinationales
29.12.2001
Militarisme comme principe constitutionnel
11.04.2005
Non au libre-échange avec l’Union Européenne !
07.11.2009
Politique étrangère, politique de sécurité et politique de défense de l'UE
23.02.2000
Position de la CPE sur les technologies génétiques
29.12.2001
Pour une Europe de la coopération des cultures
17.02.2017
Quand on place ses espoirs en de lointaines "élites" plutôt que dans la démocratie
01.03.2015
Qui profite de l'UEM
23.02.2000
Schengen - Participation active de la Suisse à la répression dans l'UE
23.11.2008
Souveraineté du peuple et droit international : une contradiction ?
09.11.2015
Souveraineté du peuple et droit international : une contradiction ?
09.11.2015
traité bilatéraux: "se laisser tondre la laine sur le dos"
23.02.2000
traités bilatéraux: Démytifier le traité sur la libre circulation des personnes
23.02.2000
Traités économiques de l’Union Européenne avec des pays du tiers monde
17.03.2008
Tribunaux d'arbitrage du TTIP et procédures d'arbitrage international entre l'investisseur et l'État - une attaque contre la démocratie et l'État de droit
02.05.2017
UE- Echos de Suisse Romande
23.02.2000
UEO, OTAN, UE, PESC et Neutralité
23.02.2000
Une alternative à l'intégration "européenne"
23.02.2000
Une alternative à l'Union Européenne
19.01.2003
Une victoire d’une ampleur inattendue !: Le Non des Suédois a été bien réfléchi
10.09.2004
« Interdiction de minarets, Droits de l'homme et Démocratie»
07.11.2011
« L'expérience norvégienne au sein de l'Espace Economique Européen (EEE) »
07.11.2011
« La démocratie directe rend les gens plus heureux »
08.03.2010
« La nouvelle Europe allemande »
07.11.2011

ffdd.ch
Copyright 1996-2017 Forum für direkte Demokratie.
powered by zumbrunn.com, Chris Zumbrunn, Mont-Soleil, Switzerland.